Une java (Claude Orval, 1939)

Un homme est injustement dénoncé par une fille de mauvaise vie dont il est entiché.

Médiocre série B à la française. Même Aimos est transparent. La narration est molle et confuse. Seul intérêt: Fréhel y créa La Java bleue.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s