La parole donnée (Anselmo Duarte, 1964)

Palme d’or en son temps. Une des hontes du Festival de Cannes. Le faux bon film par excellence. Le propos est prétentieux (cette fin !!) mais le film est fait de personnages et de situations qui n’évoluent jamais au delà de leurs stéréotypes. Mise en scène académique.

Publicités