Mon homme (Bertrand Blier, 1996)

Une prostituée au grand coeur recueille un clochard qui devient son maquereau.

C’est nul. La mécanique Blier donne l’impression de tourner à vide. La truculence qui équilibrait le côté abstrait dans ses meilleurs films n’est plus là. Il y a toujours beaucoup de sexe mais les scènes sont systématiquement auréolées d’un apparat de gravité. D’une manière générale, Mon homme est plombé par une emphase perpétuelle. Celle-ci se manifeste d’abord par des dialogues qui n’ont plus la verdeur d’antan. L’emphase est aussi appuyée par la musique de Gorecki déja utilisée par Pialat dix ans auparavant dans Police.

Publicités

La femme de mon pote (Bertrand Blier, 1983)

Pascal, le meilleur ami de Mickey, est encore tombé amoureux. Mickey va tenter de le sortir de ce mauvais pas. Avant de tomber amoureux lui aussi…

C’est du Blier c’est donc c’est assez abstrait. Comme son titre le laisse penser, La femme de mon pote traite de façon très générale de ses thématiques (l’amour et l’amitié). Par exemple, le contexte de la station de sports d’hiver et les métiers des deux hommes n’ont qu’une fonction décorative sans la moindre incidence dramatique.  Pourtant, le film ne souffre jamais d’un manque d’incarnation grâce à un excellent trio de comédiens finement dirigé. C’est sur eux que repose toute la mise en scène. C’est un véritable plaisir que de suivre Coluche, Isabelle Huppert et Thierry Lhermitte dans l’évolution de leur ménage à trois, que de les écouter dire leurs dialogues; des dialogues souvent drôles dont le mordant ne parvient pas tout à fait à cacher une profonde sentimentalité.

L’équilibre entre abstration théorique et verdeur vaudevilleque est globalement bien tenu. Il n’y a que les monologues face caméra de Coluche qui apparaissent déplacés et qui annoncent l’assèchement fumeux des futurs films de Bertrand Blier. Au moment de La femme de mon pote, le cinéaste ne s’est pas encore enfermé dans son système. En témoigne le sublime plan final qui tranche avec l’apparente misogynie du reste de l’oeuvre.