La fille du magicien (Claudine Bories, 1988)

Sur le point de retrouver son père, la fille d’un prestidigitateur rencontre un aviateur-cambrioleur…

La fantaisie propre aux films Diagonale est présente mais le film est dénué de cohésion et de souffle dramatique faute de vigueur et de conviction dans la mise en scène. Un ratage.

Publicités