Les petits riens (Yves Mirande et Raymond Leboursier, 1942)

Des mondains racontent à un jeune un moment de leur vie où « un petit rien » a déterminé le cours de leur existence.

A prétexte fumeux, film fumeux. Le système Mirande tourne à vide.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s