Mademoiselle ma mère (Henri Decoin, 1937)

Une jeune femme épouse un vieux barbon, refuse de s’offrir à lui et s’entiche de son beau-fils.

Un argument audacieux amoindri par un traitement superficiel et pusillanime. Reste le plaisir de regarder Danièle Darrieux qui s’en donne à coeur joie dans le cabotinage.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s