Vertige d’un soir/La peur (Victor Tourjansky, 1936)

Après s’être abandonnée dans les bras d’un pianiste, une mère de famille vit un enfer…

En dehors de l’astucieux rebondissement final, un mélodrame des plus conventionnels. Le style, dénué de nerf, semble dater des débuts du parlant et non de 1936.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.